Comment devenir entrepreneur et tester son entreprise ?

Devenir entrepreneur nécessite des compétences que tout créateur d’entreprise n’a pas forcément. D’abord parce que créer n’est pas si simple qu’il n’y paraît (ce n’est pas juste faire une déclaration d’activité), ensuite parce que les compétences entrepreneuriales s’apprennent sur la durée de l’exercice, y compris dans l’organisation future de l’entreprise. Mais au fond, ce qui est important, c’est ce que vous souhaitez faire à titre personnel car créer une entreprise est plus que la prise en compte des contraintes au cela génère. Étudier ce qui est souhaitable et ce qui est nécessaire vous permettra de mieux appréhender les compétences requises et votre capacité en terme de personnalité à faire face aux obligations tout en gardant le plaisir d’être à son propre compte.

Prérequis pour devenir entrepreneur

C’est un sous-titre excessif de parler de prérequis car en fait il n’y pas réellement de règles. On peut estimer avoir toutes les chances de son côté et se planter, comme on peut être mal à l’aise sur certains points et réussir parfaitement. Cela dit, vous devrez faire face à des questions de satisfaction personnelle avant tout en tirant partie de votre entreprise, que ce soit en test ou non. Voici quelques critères auxquels vous devez répondre :

  • Étés-vous en mesure d’effectuer plusieurs tâches à la fois ?
  • Avez-vous un désir d’autonomie professionnelle ?
  • Rejetez vous la hiérarchie et les organisations figées actuellement ?
  • Avez-vous une volonté d’épanouissement personnel ?
  • Savez-vous travailler seul mais aussi avec des collaborateurs, y prenez-vous plaisir ?
  • Avez-vous le goût du risque ?

Mais au-delà de ces questions existentielles, retenons que vous avez besoin de déterminer des objectifs financiers ui se traduisent en revenu. Le tout est de bien séparer dans son esprit ce qui relève de l’autonomie propre des engagements financiers de l’entreprise et vos propres revenus personnels en découlant. Votre future entreprise doit en effet être autonome et ce que vous pourrez en ponctionner comme salaire ou traitement réaliste. L’apport et les financements au démarrage sont donc essentiels au même titre que la validation de l’idée et le plan de communication initial.

Tester son activité d’entrepreneur en couveuse ou comme auto-entrepreneur

Ne passons pas par quatre chemins, le test en grandeur nature sans structure n’est pas réellement possible. Un SIRET ou une déclaration d’activité est nécessaire. C’est pourquoi de nombreux porteurs de projets et chefs d’entreprise se lancent d’abord comme auto-entrepreneur, car la loi de 2009 a créé à grand renfort de communication un réel appel d’air. Cela dit, réforme après réforme, ce statut qui reste toutefois soumis à réglementation au même titre que n’importe qu’elle autre entreprise, s’essouffle dès lors qu’il s’agit de vraiment tester l’activité. Car tester, ce n’est pas seulement juger par soi-même, c’est rechercher le conseil de tiers et l’avis de professionnels.

L’accompagnement des chefs d’entreprise exercé par les consulaires, les indépendants ou les BGE est un petit plus indéniable au-delà des financements de projets que vous pouvez obtenir. Un regard externe, le décloisonnement de l’entrepreneur multi-tâche esseulé sont un critère à prendre en compte. Une structure comme une couveuse d’entreprise avec le contrat CAPE permet ainsi de tester sur plusieurs mois parfois mais surtout de valider la faisabilité d’un projet. Par ailleurs, la formation reste un must-have même pour ceux dont c’est le métier de prendre des responsabilités.

Pour les repreneurs, travailler quelques mois au sein de la direction d’une entreprise dans le cas de la transmission apparaît comme une solution parfaitement intéressante.

Qu’est-ce qui est déterminant pour devenir entrepreneur ?

Savoir qui l’on est et ce que l’on sait faire apparaît essentiel. Il faut pour cela identifier votre savoir-faire et repérer les éléments directement en rapport avec le projet. Si vous ne maîtrisez pas réellement le métier d’un point de vue technique, il vous faudra envisager sérieusement une formation en présence, et également pas mal d’observation de la concurrence. Si vous maîtrisez le métier en revanche, c’est bien plus le relationnel, les aspects propres du chef d’entreprise (management, gestion, communication) qui seront particulièrement souhaitables d’acquérir.

Faire un bilan personnel vous permettra également de tester votre personnalité, votre potentiel personnel, vos connaissances et compétences propres, et vérifier les acquis de votre expérience. A cela s’ajoute un réel besoin de recensement des motivations car on ne crée jamais une entreprise sans raison précise et que certaines motivations déclarées cachent d’autres bien plus réelles (comme dans la négociation commerciale). Déterminez aussi votre disponibilité réelle pour votre entreprise car celle-ci peut vous prendre un temps fou. De nombreux entrepreneurs en oublient leur vie de famille par exemple et il est de nombreux cas connus de séparations suite à une création d’entreprise, les professionnels vous le diront.

Capitalisez sur vos connaissances et relations pour faire face aux situations très diverses. Dans votre passé, vous pourriez renouer avec des personnes qui vous ont apporté des choses. C’est ce que l’on appelle les liens faibles selon l’étude de Granovetter (Strength of Weak Ties). Là des opportunités de business émergent souvent.

Vérifiez votre état de santé car la capacité physique et le modelage du corps s’opère aussi par une activité d’entrepreneur. Combien d’heures par semaine pouvez-vous réaliser ? Quel surcroît d’activité savez-vous gérer ? Quelles distances à parcourir ? Pensez également aux tensions nerveuses indéniables de l’attente de règlement d’un client, de livraison d’un fournisseur, de confirmation d’un marché, etc.

L’organisation de l’entreprise, c’est vous qui la faite, que vous soyez seul(e) ou avec une équipe. Il vous faudra faire face à un ensemble de tâches que vous allez compiler dans les logiciels et agendas prévus à cet effet. Définissez, répartissez ! Administrez : L’administration et la gestion administrative, un sujet crucial également !

La prospection et la relation clientèle : Vous aimez vendre ? Là il va falloir. Il est beaucoup de conseils à donner sur le sujet mais sachez que tout à chacun peut le faire avec un minimum de méthode. Des appuis conseils en couveuse ou lors d’un accompagnement personnalisé vous aideront sans nul doute. C’est le nerf de la guerre !

Au final vous devez déterminer au prisme de trois aspects que sont les besoins de l’entreprise, votre savoir-faire et possibilités et qui s’en charge ces 5 tâches quotidiennes du chef d’entreprise :

  • La prestation ou production,
  • La relation clientèle,
  • L’organisation,
  • L’administration,
  • La prospection/ Communication.
[Total : 1    Moyenne : 5/5]